Quand il n'y en a plus ...

Publié le 10 Septembre 2014

finalement il en reste encore.

Après un été triste et dans la peine, les semaines passées ont su effacer une partie de mon chagrin. Mais je reste à jamais meurtrie dans ma chair, mon âme, par ces années de souffrance et de douleur.

La pente reste difficile à remonter, l'espoir un mot qui ne semble plus m'appartenir.

Il y a tout de même eu des journées et moments de bonheur, de retrouvailles, de partage, de rire.

Du sport pour faire du bien au corps, l'apéro pour masquer la tristesse de ne toujours être que 2. Alors que les autres sont au moins 4 ou plutôt 5 voir 6 ... Mais essayer de pencher du côté lumineux, ne pas être aigrie ou dans la noirceur.

Et cet été, la découverte du bordelais, la redécouverte des plages de l'atlantique, les foutus baïns qui me font tellement peur alors que je suis une bonne nageuse ! Les pins odorants, la chaleur, les instants de bonheur avec mon mari.

Nous ne sommes pas aussi proche qu'habituellement, chacun traverse des instants compliqués, mais on travaille à être bien ensemble.

Cet homme, je l'aime, c'est le mien.

Alors pour lui, pour nous, avec le CHU, nous nous lançons dans une ultime FIV DPI 2. Le CHU est satisfait du nombre d'ovocytes obtenus à la précédente FIV malgré mon AMH épouvantable (et toc!). 5 embryons se sont formés, 1 seul n'était pas malade.

Mon mari comprend enfin que les FIV de couple n'apporteront probablement pas l'enfant espéré. A moins qu'on ait de la chance.

Mais je crois qu'il fait enfin face à la réalité.

Cette 2e FIV est programmée courant octobre. Je n'y pense pas, je ne me projette pas. Elle est là. A faire. On verra ou elle nous mènera.

Je voulais vous remercier pour tous vos messages, témoignages tout au long de l'été. J'ai été très touchée et triste au vue de l'injustice des parcours PMA.

C'est une belle démonstration de solidarité, d'empathie et je vous en remercie du fond du coeur.

Rédigé par Bellebretagne

Publié dans #FIV 6, #FIV DPI 2

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Je passe de temps en temps ici et pense très souvent à toi. Je n'ose pas te faire de mail de peur de te blesser, de raviver une douleur qui -peut-être- commence à cicatriser un peu ? Où en es-tu la belle bretonne ? Je ne sais pas pourquoi il y a des personnes dont on se sent plus proche sans les connaître plus que virtuellement par des mots lus sur des pages d'écran... Sache que mes pensées vont toujours vers toi et que je te souhaite une vie heureuse quelle qu'elle soit. Bises. Nelly
Répondre
C
C'est vraiment une sensation étrange à chaque fois que je te lis.. tes mots sont mes mots.. nous vivons et ressentons les mêmes choses.. c'est pour ça que ton histoire m'a "attiré"... j'aurai aimé pour toi, pour vous, une fin heureuse..Je pense que nous le méritons Tous.. pourquoi certains en sont punis.. je n'aurai jamais de réponse à cette question je crois...moi aussi j'essaie de garder la tête haute, hors de l'eau, de faire bonne mine devant toutes mes collègues qui sont désormais maman, même les plus jeunes..mais je replonge souvent dans mon désarrois, et l'échec de ma vie.. je ne sais pas si la plaie se refermera un jour..et même si nous nous aimons très fort avec mon mari, je ne sais pas comment nous vieillirons ensemble..malgré notre amour, ce manque est perpétuel...
Je crois que je garderai toujours une pensée pour toi.. alors n'hésites pas à nous donner de tes nouvelles sur ce blog..
Répondre
B
Merci pour ton message Cath72. je ne sais pas quoi te dire à part que tout ca est vraiment injuste et qu'il n'y a pas de justice.
Depuis peu, j'arrive à regarder des bébés en me disant qu'ils sont choux sans être anéantie. c'est déjà ca. mais j'aurai tellement envie avoir le mien ...
notre couple va bien, aussi bien que possible, on est heureux ensemble malgré ce manque évident. merci
Répondre
C
Je venais à mon tour aux nouvelles....C'est trop injuste tout ça...moi-même et mon mari partageons ce même parcours depuis des années, avec la même issue...tout est fini pour nous également.. oui bien sûr il est toujours possible d'aller à l'étranger.. mais pour nous, en infertilité inexpliquée, pourquoi cela fonctionnerai mieux ? nous n'avons plus la force. Il faut essayer de voir la vie autrement.. c'est dur. Courage courage courage..j'espère que vous resterez tous les deux soudés.. c'est très important. Bien amicalement
Répondre
B
pour nous c'est la fin, mon stock d'ovocytes est épuisé. je ne peux plus faire de fiv.
nous avons décidé de vivre nos vies pour l'instant ... une option serait l'étranger, mais nous n'en sommes pas là. peut être vivrons nous juste tous les 2 :-)
Répondre
N
je suis triste de lire cette nouvelle, ce combat est tellement injuste, et la question qui revient en boucle "pourquoi" - continuer à avancer à deux - je vous embrasse